Pour les deux dernières années et plus 'post-2015' et les mots 'OMD' ont joué un rôle essentiel pour les praticiens du développement et la société civile. 18 août marquera 500 jours jusqu'à la date limite pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Les processus menant jusqu'à les négociations intergouvernementales éventuels qui détermineront quel genre d'un programme de développement post-2015 que le monde devient, sont presque à travers. L'année dernière, le Groupe de haut niveau sur l'après-2015 sortir avec leur rapport et leur désormais célèbre thème de 'ne laisser personne derrière' vers l'objectif de l'éradication de l'extrême pauvreté d'ici à 2030 Au cours des deux derniers mois, nous avons vu l'aboutissement de deux autres processus. The Open Group de travail sur les Objectifs de développement durable (ODD) et le Comité intergouvernemental d'experts sur le financement du développement durable sont sortis avec leurs rapports finaux.

Tous ces processus vont maintenant alimenter le rapport de synthèse du Secrétaire général qui constituera la base des négociations intergouvernementales.

Les organismes de développement, en particulier ceux de la société civile, ont été jusqu'à présent la plupart du temps en se concentrant leur attention vers les processus à New York et à Genève; et autres plates-formes internationales. Les résultats ont été mitigés -. Quelques hits et de nombreux accidents

Les non-négociables de la société civile ont été d'avoir un cadre qui repose sur l'universalité, l'indivisibilité et l'inaliénabilité des droits de l'homme que le cadre macro avec des objectifs et des cibles spécifiques tissés en elle. Il ya une demande croissante pour assurer intersections des facteurs d'inégalités et l'exclusion sociale une réponse adéquate, en particulier en tenant compte des sections les plus vulnérables de la population.

Il ya aussi un souci important que les gouvernements des pays en développement n'accepteront jamais le présent cadre de travail qui est proposé par le rapport JOH - un cadre qui est une liste normative pour les pays du Sud global sans préciser le rôle des pays développés. Si les négociations sur le changement climatique sont quelque chose aller près, la plupart des gouvernements des pays du Sud seront à négocier dur sur plusieurs questions comme l'éradication de la pauvreté, juste gouvernance, la transparence, etc.

Au milieu de tout cela, la société civile a besoin de recentrer son attention sur la base et sur ​​les gouvernements nationaux, car à la fin de la journée, ce sont les gouvernements des pays qui négocier et finaliser le cadre post-2015 . Les organisations nationales de développement, les organisations de la société civile doivent être impliqués dans la défense de leurs gouvernements à veiller à ce que la nation priorités spécifiques reflètent les aspirations du peuple. Cela est particulièrement vrai pour les mouvements tels que le handicap.

Les personnes handicapées ont jusqu'ici été laissés sur le programme de développement mondial. Cela doit être corrigé si nous nous sommes engagés à l'éradication de l'extrême pauvreté d'ici à 2030, l'Organisation mondiale de la Santé et la Banque mondiale dire qu'une personne sur sept personne a un handicap. La Banque mondiale indique également que 20% des personnes les plus pauvres du monde sont handicapées. Lauréat du prix Nobel Professeur AmartyaSen parlé ce lien entre pauvreté et handicap dans sa théorie de la conversion handicap. Les personnes handicapées non seulement gagnent moins, mais ils sont également incapables de convertir le revenu en niveau de vie suffisant à cause des coûts spécifiques des personnes handicapées. Le monde ne peut donc pas faire la même erreur qu'il a fait au moment de la réalisation des OMD et de laisser cette immense partie de la population sur le programme de développement post-2015.

C'est dans ce contexte qu'une nouvelle campagne prend une importance capitale. Appelé Action2015, cette campagne vise à faire le mouvement d'un solide cadre de développement post-2015 à la base. Les organisations nationales détermineront quelles devraient être les priorités de leurs pays quand il s'agit de l'après-2015. Les questions seront intégrées dans le slogan de la campagne plus large appelé iMove Inégalités, Injustice, l'insécurité.

Le cadre de développement post-2015 est titulaire d'une importance immense pour les personnes dans les pays du Sud, en particulier les personnes handicapées. Les organisations qui travaillent pour le handicap, par conséquent, doivent être proactif en travaillant avec leurs gouvernements respectifs pour assurer que le handicap est inclus comme un problème intégrante coupant à travers tous les objectifs, les cibles et les indicateurs. Handicap devra également être dûment importance dans la mobilisation des ressources et la répartition. Jusqu'à présent, à l'échelle mondiale, le mouvement des personnes handicapées a célébré petites victoires d'être mentionnée de façon sporadique dans certains des rapports et des documents sur les résultats. Mais ce n'est pas nécessairement se refléter dans le cadre final de développement post-2015. Et, si nous ne faisons pas participer les dirigeants et les organisations de base, notre espoir d'un programme de développement inclusif ne se matérialisera pas.

(Dorodi Sharma travaille avec mondiale des personnes handicapées, les premiers droits humains dans le monde dans le monde sur la base de l'organisation de personnes handicapées. Elle a atteindre dans plus de 130 pays à travers sept régions du monde.)